Chômage : où va Obama?

Sep 8th, 2011 | By | Category: Economie, Humeur du Jour, Slideshow

Obama State of the Union

Barack Obama va enfin s’adresser à la nation au sujet de l’économie, jeudi soir. Le président américain va prononcer un discours devant les deux chambres réunies en Congrès, qui sera retransmis à la télévision en prime time. Alors qu’il vient de passer sous la barre des 45% d’opinions favorables – un plancher record depuis sa prise de fonction en janvier 2009 – les attentes sont immenses dans la population américaine : le taux de chômage est toujours supérieur à 9% et la création d’emplois au mois d’août a été de…zéro.

La Maison Blanche a d’ores et déjà fait fuiter dans la presse qu’un plan de 300 milliards de dollars en crédits d’impôts sera annoncé. Mais que peut réellement faire le président américain ? Dans un système capitaliste où les richesses sont détenues par le secteur privé, l’Etat fédéral a-t-il les coudées franches ? Quel est véritablement le levier d’action du gouvernement pour réduire le chômage et stimuler la croissance ? Eléments de réflexion avec Jerry Nickelsburg, économiste à l’université de Californie Los Angeles (UCLA).

Que peut faire Barack Obama contre le chômage dans le contexte actuel ?

Il y a deux pans différents sur lesquels le gouvernement fédéral peut agir plus ou moins : la question de l’offre et de la demande sur le marché, en insistant sur la formation professionnelle, et redonner confiance pour que la croissance reparte. Dans le premier cas, nous avons aux Etats-Unis un grave problème de formation : beaucoup d’emplois attendent preneurs mais la demande n’est pas assez qualifiée. Le gouvernement peut agir là-dessus. Quant à l’action sur le marché de l’emploi lui-même, l’exécutif ne peut pas faire grand-chose, si ce n’est, donc, tenter de redonner confiance.

C’est donc plus une question de psychologie que d’économie ?

Le président Franklin Roosevelt a dit : “All we have to fear is fear itself” : “la seule chose à craindre, c’est la peur elle-même”. C’est donc effectivement assez psychologique. La confiance est au plus bas. Le débat sur le plafond de la dette, cet été, reste dans les têtes. Barack Obama doit être très direct dans son discours, très clair dans ce qu’il propose. Jusqu’à présent, sur l’économie, l’administration n’a pas parlé d’une seule voix.

On parle d’un grand plan pour rénover les infrastructures (routes, ponts, aéroports…). Est-ce bon pour l‘emploi ?

C’est toujours très bon pour l’économie, mais à long terme. Vous savez, pour construire un pont, le processus prend du temps entre l’ingénieur qui conceptualise et la réalisation elle-même. Cela ne se fait pas en douze mois ! Et, encore une fois, se pose la question de la qualification de nos travailleurs.

Le discours de ce soir arrive-t-il trop tard pour Obama ?

Je ne sais pas. Faire quelque chose, c’est mieux que rien. Mais on doit savoir s’il y aura une vraie politique pour booster l’emploi et s’il y aura une politique fiscale claire. Surtout, il doit réduire le facteur incertitude.

Share
Tags: , , , , , , ,

Leave a Comment